Mise en scène et vidéo

initiation aux utilisations de la vidéo dans un spectacle

lieu festival Mantsina sur scène, Congo Brazzaville

du 09/12/2006 au 22/12/2006

dans le cadre la création de La folie de Janus, spectacle ayant recours à la vidéo, et à partir d’une des compositions de la pièce d’Ivan Virpaev, Oxygène / atelier financé par Cultures-France (Ateliers du Monde) à la demande de Noé Cultue (Congo, Brazzaville), en collaboration avec le Festival Mantsina sur scène, le Service de coopération et d’action artistique et le Centre culturel français de Brazzaville

intervenant.e.s Judith Depaule et Olivier Heinry
texte Sylvie Dyclo-Pomos

participant.e.s metteurs en scène, vidéastes & cinéastes, comédiens

restitution le 22 décembre dans le cadre du festival Mantsina sur scène

A partir d’un très court texte imposé et commun à tous les participants, écrit par un auteur congolais, chacun des metteurs en scène conçoit un projet de mise en scène de 15 minutes maximum avec deux comédiens qui intègre la vidéo. Le texte sera remis aux participants en amont, afin que dès le premier jour du stage, chacun d’entre eux soit en mesure de défendre une proposition concrète à partir du sens du texte et du message qu’ils entendent faire passer dans leur spectacle. Chaque metteur en scène est mis en relation avec un vidéaste ou un cinéaste pour concrétiser sa proposition. Les groupes ainsi constitués, composés chacun d’un metteur en scène, d’un vidéaste ou cinéaste et de deux comédiens, vont travailler ensemble à l’élaboration d’une forme scénique.

Phase 1 analyse dramaturgique de chacune des propositions de mise en scène, définition en conséquence de l’outil vidéo et de son contenu.

Phase 2 confrontation entre les metteurs en scène et les vidéastes et cinéastes, mise en place de protocoles de collaboration

Phase 3 élaboration des images (tournage, sélection, montage, traitement)

Phase 4 intégration de la vidéo à chaque mise en scène (résolutions techniques et confrontation dramaturgique à l’idée initiale : en quoi la présence concrète de l’image influe sur la mise en scène, l’organisation de l’espace et le jeu de l’acteur…)

Phase 5 restitution en public avec débat

Il s’agit d’initier des metteurs en scène et des vidéastes ou cinéastes congolais à l’utilisation de l’image, tout en lui apportant les outils critiques pour que l’utilisation de la vidéo ne soit pas plaquée et que la collaboration soit avant tout créatrice de sens. Les images pourront, à loisir, selon les propositions, être des images de récupération, des créations ou encore des images captées en temps réel. Les images pourront être de différentes natures : vidéo, films pellicule, photos, fichiers informatiques, etc. Ces images feront l’objet de montage et de traitements et seront projetées soit à partir de caméscopes, de lecteurs DVD ou de postes informatiques. Demander à plusieurs participants de faire une proposition à partir du même texte et confronter la somme des propositions vise à développer la démultiplication des points de vue, autant chez les créateurs que chez le public et d’offrir un panorama des différentes utilisations possibles de la vidéo au théâtre.