24

11/10

dessins d’enfants

Idrisse Askhabov, 12 ans

Zelimkhan Tokaev, 10 ans


Roumissa Kousaeva, 13 ans

Magomed Bogatyrev, 12 ans



Nokha_VisvakhaevNokha Visvakhaev, 12 ans

Zoulikhan Arsanoukaeva, 13 ans

  • d’autres dessins d’enfants sur

www.lapluiedoiseau.asso.fr

et sur cette vidéo

24

11/10

Les enfants de la guerre

Au moins deux millions d’enfants sont morts ces 10 dernières années à la suite de guerres déclenchées par des adultes, qu’ils aient servi de cibles civiles ou qu’ils aient été tués au combat en tant que soldats.

Enfant déplacé en ex YougoslavieComment expliquer les morts d’enfants palestiniens et israéliens et les violences dont ils sont victimes ? Ou la sauvagerie des combattants en Sierra Leone qui coupent les membres des enfants ? Ou l’enlèvement systématique de milliers d’enfants en Ouganda qui vont grossir les rangs des combattants des guérillas et servent d’esclaves sexuels ?

Le nombre d’enfants gravement blessés ou invalides est trois fois supérieur, et ils sont encore plus nombreux à souffrir de maladies, de malnutrition, de violences sexuelles et des privations de l’exode. D’innombrables enfants sont confrontés à l’angoisse de perdre leur foyer, leurs biens et leurs proches. Dans de telles conditions, pratiquement toutes les constantes nécessaires à l’épanouissement des enfants sont gravement perturbées, et les dégâts psychologiques des conflits armés sont incalculables. L’impact des conflits armés sur les enfants est terrifiant : les conflits armés diffusent la destruction et violent les droits des enfants à une échelle encore jamais vue.

L’exploitation criminelle des enfants, et le fait qu’ils soient pris comme cibles dans les conflits constituent une violation non seulement de leurs droits mais aussi des fondements mêmes de la paix et de la sécurité internationales. Lorsque des enfants se voient refuser la possibilité de grandir dans un climat de confiance, de tolérance et de justice, l’espoir d’endiguer les conflits au cours des générations suivantes est en fait très faible. Il est clair par exemple que les caractéristiques de la guerre au Moyen-Orient – attentats suicides à la bombe et embuscades, utilisation d’artillerie lourde et mitraillage par hélicoptère de zones civiles, destructions de maisons au bulldozer, rafles de pères et de frères – contribuent à ancrer chez de nombreux enfants la conviction que la violence est une méthode acceptable de règlement des différends. L’arme est gravée à jamais dans leurs têtes.

24

11/10

Les enfants soldats

La guerre fait des ravages chez les enfants. les populations civiles sont de plus en plus visées. La destruction des foyers, des écoles et des villages fait davantage de victimes chez les enfants que les balles et les bombes. Nombre d’entre eux sont enrôlés de force dans les forces armées et deviennent des enfants soldats.


enfants-soldats 300 000 enfants dans 44 pays de la planète, dont certains n’ont pas plus de 8 ans, participent directement aux conflits. Les pays ayant recours aux services de s enfants-soldats sont eux de plus en plus nombreux. Chair à canon dans les conflits armés, les enfants-soldats sont aussi démineurs, espions, porteurs, esclaves sexuels, gardiens des exploitations de pétrole ou de diamants finançant les rébellions d’Afrique,

Dans certains pays, des enfants, le plus souvent orphelins ou séparés de leur famille, sont enrôlés de force dans l’armée ou dans des bandes qui luttent contre les gouvernements au pouvoir. En Angola, par exemple, ils étaient ainsi 3000 à avoir reçu, dès l’âge de 10 ans, un uniforme, des bottes et une mitraillette. Placés en première ligne lors des attaques, mais souvent livrés à eux-mêmes lors des replis, ces garçons ont participé à plusieurs batailles, ont connu la faim et la peur et ont tué des soldats ennemis pour se défendre. Beaucoup d’entre eux sont morts.

Mohammed, Éthiopien de 17 ans, enrôlé de force à 15 ans, se souvient d’une terrible bataille de la guerre contre l’Érythrée en 1999.  »Ils ont mis tous ceux de 15 et 16 ans sur le front, pendant que l’armée se repliait. J’étais avec 40 autres enfants. Je me suis battu pendant 24 heures. Quand j’ai vu qu’il n’y avait plus que trois de mes amis de vivants, je me suis enfui vers l’arrière. »

Les enfants-soldats sont fréquemment drogués pour devenir insensibles à la peur et à la violence: un ancien rebelle de Sierra Leone, âgé de 14 ans, explique que ceux qui refusaient la drogue étaient abattus.

En mai 2000, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté un protocole additionnel à la Convention sur les droits de l’enfant, appelant les gouvernements à empêcher la participation aux conflits armés de tout soldat de moins de 18 ans, à interdire leur enrôlement obligatoire et à limiter et protéger l’engagement volontaire. A ce jour, selon l’ONU, 79 pays ont signé le traité et seuls six l’ont ratifié (!).

24

11/10