Corps de femme – variation #1

vidéo, 30min, 2011

Dans le cadre d’une quadrilogie de spectacles sur les femmes et le sport, et conjointement à une création sur la pratique du rugby au féminin en France, Corps de femme – variation #1 est le résultat d’un atelier mené à Confluences par Judith Depaule et la compagnie Mabel Octobre qui a permis d’interroger une série de questions: qu’est-ce que c’est qu’être femme aujourd’hui, peut-on réduire le féminin à une notion absolue? A quel point le corps des femmes est-il encore modelé par des normes ? Lesquelles ? Qu’en est-il de la problématique du genre et de la bicatégorisation des sexes ?

L’atelier est parti d’enquêtes de plusieurs ordres : analyse de son propre parcours et de sa situation, rencontres avec des sportives et des sociologues, analyse du comportement des médias et des institutions… Ils a donné lieu à la réalisation de 8 portraits réunis en un film vidéo collectif.

INTENTION

L’accès au sport pour les femmes est un long combat dû aux a priori des médecins qui pensaient (et pensent parfois encore) que la fonction première du corps de la femme était la procréation que la pratique sportive viendrait altérer voire annuler. Le masculin préfère voir la femme dans un corps contraint dont il dispose et qu’il maîtrise, non expansif si ce n’est pour son plaisir, en bref non émancipé. Le sport déplace le corps de la femme sur un territoire déjà occupé.

Pierre de Coubertin, l’inventeur des jeux olympiques modernes, était d’avis que le rôle des femmes était de couronner les vainqueurs… interdisant aux femmes l’accès aux compétitions. Depuis, leur participation aux jeux et aux pratiques sportives en général est en constante progression, mais non sans remise en cause de leur effective féminité. Ainsi, au niveau international, le CIO, après avoir imposé des tests de féminité aux sportives jusqu’en 1999 (certificat, examen gynécologique, contrôles chromosomiques), tolère encore à Pekin, en 2008, la tenue d’un laboratoire de détermination du sexe pour les sportives à la morphologie douteuse. Durant l’été 2009, l’apparence physique et la performance de la jeune coureuse sud-africaine Caster Semenya sur 800m ont mis en émoi le monde sportif. Alors que la parité est dans tous les discours au niveau national, les fédérations rencontrent encore des résistances sur l’intérêt de la pratique de certains sports au féminin. Les médias accordent peu d’attention aux sportives, freinant l’évolution des regards. Plus le sport est dit viril, plus la femme qui l’exerce doit afficher les marqueurs obligés de la féminité.

PROCHAINES DATES

Pas de représentations à afficher pour le moment.

VOIR TOUTES LES DATES

ÉQUIPE

un film de Catherine Benas, Véronique Boutroux, Lauréline Lejeune, Inès de Luna, Isabelle Maltese, Marine Pédeboscq, Damalek
sous la direction de Judith Depaule
avec la participation de Florence Jallier
prises de vues Jordane Chouzenoux
prises de sons Julien Fezans
montage Judith Depaule

PRODUCTION

Mabel Octobre, Confluences, Politique de la ville de la Région Ile-de-France