Je suis moi

Théâtre à domicile

« Je m’appelle Jean, Jeannot, Jeanette, ça n’a pas d’importance pourvu que je me reconnaisse quand les autres me nomment. J’ai été infirmier pendant 15 ans, j’ai toujours entendu dire que c’était une profession féminine qui demandait une sensibilité particulière… Je vous propose un accompagnement personnalisé, inspiré des pratiques de ma grand-mère. »

Édité aux Cahiers de la Poudrerie, 2014

durée 50 min
disponible en tournée

création à Tremblay-en-France, appartement particulier, le 5 octobre 2013

tout public

 

INTENTION

Pourquoi préfère-t-on se faire soigner par une femme que par un homme ? Femmes et hommes soignent-ils de la même façon ? Pourquoi l’infirmière est le plus souvent pensée au féminin ? Les femmes sont-elles vraiment plus douillettes ? Les hommes sont-ils insensibles ? Les femmes sont-elles des emmerdeuses et les hommes des égoïstes invétérés ?…

Infirmier pendant 15 ans à l’hôpital, en gérontologie et soins palliatifs, Jean raconte les a priori et les stéréotypes véhiculés par le milieu médical et paramédical. Il oppose, dans un dialogue schizophrénique avec lui-même, des ressentis masculins (Jeannot) à des points de vue féminins (Jeannette). Après un rituel mortuaire participatif au cas où la mort le prendrait par surprise, Jean dévoile sa nouvelle profession, « passeur », consistant à accompagner au mieux les femmes et les hommes jusqu’à la porte de leur vie, et propose à tout un chacun ses services. Jean évoque sa grand-mère, véritable matrone, qui a transmis à toute la famille la fibre du soin donné à autrui. Il raconte aussi les coutumes funéraires du village de sa grand-mère, des traditions étonnantes et genrées.

Après avoir décliné 3 spectacles sur des sportives pratiquant des sports dit virils (Corps de femme 1 – le marteau, 2 – le ballon ovale, 3 – les haltères), je souhaitais explorer la question du genre dans les soins prodigués aux corps vivants et aux corps morts. Pour ce faire, j’ai interviewé des infirmiers et des infirmières, un médecin légiste, des aides soignantes, des aides à domiciles, du personnel de pompes funèbres, des personnes accomplissant des rituels funéraires. Toutes ces rencontres, des histoires personnelles, quelques lectures et autre nourriture ont donné naissance à ce texte et à ce spectacle.

Je suis moi, est créé dans le cadre du projet Masculin-Féminin, initié par le théâtre de La Poudrerie de Sevran.

[...]

INTENTION

Pourquoi préfère-t-on se faire soigner par une femme que par un homme ? Femmes et hommes soignent-ils de la même façon ? Pourquoi l’infirmière est le plus souvent pensée au féminin ? Les femmes sont-elles vraiment plus douillettes ? Les hommes sont-ils insensibles ? Les femmes sont-elles des emmerdeuses et les hommes des égoïstes invétérés ?…

Infirmier pendant 15 ans à l’hôpital, en gérontologie et soins palliatifs, Jean raconte les a priori et les stéréotypes véhiculés par le milieu médical et paramédical. Il oppose, dans un dialogue schizophrénique avec lui-même, des ressentis virils (Jeannot) à des points de vue féminins (Jeannette). Après un rituel mortuaire participatif au cas où la mort le prendrait par surprise, Jean dévoile sa nouvelle profession, « passeur », consistant à accompagner au mieux les femmes et les hommes jusqu’à la porte de leur vie, et propose à tout un chacun ses services. Jean évoque sa grand-mère, véritable matrone, qui a transmis à toute la famille la fibre du soin donné à autrui. Il raconte aussi les coutumes funéraires du village de sa grand-mère, des traditions étonnantes et genrées.

Après avoir décliné 3 spectacles sur des sportives pratiquant des sports dit virils (Corps de femme 1 – le marteau, 2 – le ballon ovale, 3 – les haltères), je souhaitais explorer la question du genre dans les soins prodigués aux corps vivants et aux corps morts. Pour ce faire, j’ai interviewé des infirmiers et des infirmières, un médecin légiste, des aides soignantes, des aides à domiciles, du personnel de pompes funèbres, des personnes accomplissant des rituels funéraires. Toutes ces rencontres, des histoires personnelles, quelques lectures et autre nourriture ont donné naissance à ce texte et à ce spectacle.

Je suis moi, est créé dans le cadre du projet Masculin-Féminin, initié par le théâtre de La Poudrerie de Sevran.

Masculin-féminin : un projet du Théâtre de la Poudrerie
Six auteurs se sont vus confiés l’écriture de six pièces nourries de la rencontre avec des habitants de Sevran, Villepinte et Tremblay, sur le thème du masculin et du féminin : être un homme ou être une femme, quelles sont les libertés, les contraintes, les stéréotypes, les contournements dans les relations familiales, les relations professionnelles.

Chaque auteur a effectué une quinzaine d’entretiens avec la population, en groupes ou en tête à tête. Dans le même temps, une journaliste qui fait partie de l’équipe du théâtre de la Poudrerie a réalisé une quarantaine d’entretiens individuels pour former une matière commune de réflexion aux cinq auteurs. Ils ont rencontré les habitants par le bouche-à-oreille et par le biais des représentations à domicile qui nourrissent le travail du théâtre de la Poudrerie. Des hommes et des femmes évidemment : des jeunes, des personnes âgées, de nombreux 30-50 ans, d’origines et de milieux divers, de toutes les catégories professionnelles et dont le point commun est d’habiter ou de travailler sur l’agglomération de Sevran.

Soit 5 pièces de 50 minutes, 5 formes courtes, des monologues qui donnent vie à 5 personnages. Chacune des pièces est jouée 30 fois: 150 représentations à domicile d’octobre 2013 à juin 2014.

Au final, ces personnages, incarnés par cinq comédiens, se sont retrouvés dans la sixième pièce : une forme plus longue du sixième auteur (Nadia Xerri-L) dont 20 représentations ont été données dans une structure éphémère au théâtre de la Poudrerie à Sevran en novembre 2014.

En savoir plus →

EXTRAIT DU TEXTE

EXTRAIT

Jeannot : On ne peut pas vraiment faire abstraction de ce qu’on est, quand on est un homme, on reste un homme, et un corps reste sexué, quoi qu’on en dise.

Jeannette : Tu es là pour soulager et réparer. Tu apprends à respecter la pudeur. La pudeur est une chose compliquée, chacun entretient un rapport personnel à l’intimité. Certains sont exubérants, d’autres très pudiques. Il y a ceux qui dévoilent un demi-centimètre carré de fesses et ceux qui te montrent tout leur derrière. Il y a de petits problèmes parfois, ça peut être gênant. Dans ces cas-là, tu utilises un spray avec de l’éther, ça refroidit. Tu prends ça sur le ton de la plaisanterie. Tu leur dis que c’est normal, qu’ils sont constitués comme ça, qu’ils n’y peuvent rien, que ça va redescendre. Les hommes n’ont vraiment pas de chance, dès que tu les touches, ça réagit. Tu te fais au fait que ce ne sont que des corps. Leur sexe n’a plus de rapport avec la sexualité, c’est juste un organe de plus dans un corps.

Jeannot : Qu’on soigne des hommes ou des femmes, les gestes techniques restent les mêmes. Par contre, dans le relationnel, ce n’est pas la même chose. Avec les femmes, on va plus faire jouer la séduction, faire des blagues… Avec les hommes, on sera plus sur un rapport viril, avec des sujets de conversations virils, on va parler d’actualité, de choses intellectuelles…

Jeannette : Les mecs, ils ne peuvent pas s’empêcher d’avoir toujours un petit côté docteur. Ils se la pètent, ils se la jouent. Ils ont le dernier gadget à la mode qui permet de faire des visualisations, de calculer des courbes, d’éditer des schémas. Ils sont dans la technique. Ils mettent de côté les sentiments. Quand il s’agit de pleurer sur leur épaule et de leur raconter ses malheurs, il n’y a plus personne. Les femmes font faire preuve de psychologie, elles vont être à l’écoute. À une femme, tu peux tout raconter.

Jeannot : Les femmes, elles feraient mieux de se taire. Elles parlent trop, elles apportent toujours leurs problèmes au boulot et elles sont mauvaises entre elles. Les hommes sont plus blagueurs, plus funs. Ils savent détendre la situation. Les hommes, comme on est en minorité, on nous chouchoute, on est les plus beaux, les plus gentils, c’est toujours après nous qu’on en veut. Ça marche à tous les coups. On a l’impression d’être le confident. On nous dit des choses qu’on ne dirait pas à des proches.

Second extrait

Jean : Je m’occupe de personnes âgées, principalement de femmes puisque ce sont elles qui résistent le mieux au temps, ainsi que de personnes atteintes de maladies très graves. Mon métier, c’est de les accompagner jusqu’à la frontière de la vie, de cheminer à leurs côtés et de leur tendre une main secourable. Que ce soit au nom d’une sensibilité féminine ou masculine, peu m’importe, je suis moi. Je suis moi. Je suis moi. Dans nos sociétés, nous finissons le plus souvent seuls, loin de chez nous et des nôtres, dans un lit d’hôpital, branchés à des machines. Il existe pourtant bien d’autres moyens de terminer sa vie et chacun d’entre nous doit trouver celui qui lui convient. J’ai une formation d’infirmier, après plusieurs années à l’hôpital, en gérontologie et en soins palliatifs, je me suis mis à mon compte pour me consacrer à ce que je fais aujourd’hui. Mon rôle est d’assurer une proximité discrète, de prêter une oreille attentive et attentionnée, de procurer de la lumière et de la chaleur, sans jamais rien imposer. La question de la douleur m’importe beaucoup, mais je m’intéresse surtout à la puissance intérieure, celle qui permet à chacun de vivre pleinement jusqu’au bout. Au seuil du grand voyage, les différences disparaissent : femmes, hommes, riches, pauvre… tous sont égaux ! Tous ont les mêmes peurs, les mêmes angoisses, les mêmes préoccupations concernant les affaires non réglées, la même hantise de laisser l’autre livré à lui-même.

PROCHAINES DATES

Pas de représentations à afficher pour le moment.

VOIR TOUTES LES DATES

ÉQUIPE

Texte, mise en scène Judith Depaule
Création bijoux Boris Ganga Bouetoumoussa
Lumières Kolia Svetly
Costume Veypa
Construction Tanguy Nédélec
Avec Pierre Giraud
et à l’image Suzanne Garnier et Popaul

REMERCIEMENTS

Thierry Jonquet, Valérie Joly et Anne Rejony